le blog de khaoulita

29 juin 2005

le petit prince du rai

Faudel

faudel_0012
Né le 6 juin 1978 à Mantes-la-Jolie, en région parisienne, Faudel Belloua hérite du prénom du meilleur ami de son père. Un nom d'origine Egyptienne qui signifie Bienvenue. Il a sept frères qui deviendront musiciens tout comme lui . Chaque été, toute la famille passe ses vacances à Tlemcen, en Algérie. C'est là que le petit Faudel découvre la musique et surtout le raï traditionnel. Pendant l'heure du "m'gille", la sieste imposée par la canicule au Magreb, sa grand-mère originaire d'Oran et chanteuse de Raï traditionnelle réunissait les plus jeunes de la famille sous la véranda. Là, elle leur distribuait bendir, derbouka, tambourin et entamait des chants classiques. Lors d'un mariage de famille, Faudel fit pour la première fois un duo avec sa grand-mère en public. Il avait huit ans et ce fut pour lui le déclic qui lui fit aimer la musique.

À 12 ans, il chante dans le groupe, Les étoiles du Raï animant mariages et fêtes de quartiers. C'est Mohamed Mestar, surnommé Momo, qui lui fera faire ses premiers pas sur une scène professionnelle en première partie de Jimmy Oihid en 1993. Il devient son manager. Peu à peu, Faudel se constitue un répertoire, avec ses premières compositions originales. Elles sont signées Gérald Toto, Mathieu Chédid ou encore Patrick Goraguer, tous trois musiciens et éléments de base du groupe. Les concerts commencent à s'enchaîner. Il passe en première partie de Mc Solaar, Cheb Mami, et surtout Khaled avec qui il interprète le fameux "Didi".
En avril 1996, devant un public de plus en plus large, celui qu'on surnomme souvent le Petit Prince du Raï constitue l'un des succès du Réseau Printemps de Bourges. Début 1997, il sort son premier album, "Baïda" qui ne tardera pas à grimper au Top 10 français. Il s'est vendu à 300.000 exemplaires dans l'hexagone.

Le samedi 26 septembre 1998, Khaled, Rachid Taha et Faudel ( ils ont signé pour la même firme de disque, Polygram ) organisaient un concert exceptionnel à Bercy, intitulé "1,2,3 Soleils" devant 15.000 spectateurs. En solo, duo ou trio, nos artistes ont eu un énorme succès, prônant la tolérance et le sourire. Sorti en période de fête, le double album live de l'événement se vendit aussi bien, 500.000 copies. Du coup, la firme Polygram a décidé d'en faire un simple, qui devrait sortir prochainement à destination d'un public plus large ( mais, je me demande pourquoi j'en parle puisque Polygram a décidé de ne fournir aucune information aux médias Internet ).Entre temps, Faudel vient d'être sacré "Meilleure révélation" aux Victoires de la Musique.

Aujourd'hui, Faudel chante un raï moderne mixé au funk, reggae, flamenco, salsa et aux rythmes jungle. Sur scène, il regorge de soleil, de bonne humeur et de joie. Sa force reste la scène, un endroit où il se donne à 100%. Lors de son dernier concert à Bruxelles, où il faisait l'avant-première de Cheb Mami, il a su faire oublier au public qu'il ne faisait que figure de guest.
Pour ceux qui ne l'auraient pas encore compris, Faudel se considère comme un français d'origine algérienne, et c'est pour cette raison qu'il chante dans les deux langues. À la différence de ses aînés, Khaled et Taha, il est né sur le sol français, et fait donc partie de cette troisième génération qui essaye d'assumer cette double culture et qui fait de la musique sans passeport, largement inspirée des tendances et des goûts personnels du groupe.

                                                                                                                                  sgizard1001

Posté par khaoula à 15:47 - Commentaires [12] - Permalien [#]

28 juin 2005

Usher

104

C’est lors d’un concours amateur qui se déroulait à Atlanta qu’un dirigeant de La Face Records découvre le jeune Usher Raymond qui n’est alors âgé que de 14 ans. En peu de temps, sa carrière prend une tangente étonnante puisque L.A. Reid n’hésite pas à offrir un contrat à celui qui était jusque là enfant de chœur.

Reid ne lésine pas et entoure bien son poulain qui lance un premier album en 1994 dont la réalisation est signée par Sean P. Diddy Combs. De plus, on n’utilise que son prénom, laissant son nom de famille de côté. Le premier extrait, « Think of You », lui permet de décrocher un disque d’or.

Son succès lui permet de contribuer à d’autres projets. Il enregistre notamment un jingle pour la campagne nationale du temps des Fêtes de Coca-Cola en 1995. Il contribue également au projet Black Men United, un super groupe qui enregistre le simple « You will Know » pour le film « Jason’s Lyric ». On le voit également aux côtés de Monica sur la pièce « Let’s Straighten It Out », reprise de Latimore.

Au terme de ses études secondaires, Usher lance un second album, « My Way », qui paraît en 1997. Tentant de démontrer une nouvelle maturité et sa capacité à composer, il cosigne six des neuf titres du disque en plus de recruter Jermaine Dupri, Babyface et Sean P. Diddy Combs pour réaliser l’opus. Le premier simple, « You Make Me Wanna », lui permet de s’établir parmi les figures dominantes de la scène R&B en plus de lui permettre de connaître du succès du côté de la pop. La chanson reste onze semaines en tête du palmarès R&B et atteint le second échelon du décompte pop tout en s’écoulant à plus de deux millions d’exemplaires. Les deux extraits suivants, « Nice & Slow » et « My Way », atteignent aussi la certification platine alors que « My Way » devient le premier numéro un d’Usher sur le palmarès pop.

Non content de ses succès musicaux, Usher décide de tenter sa chance au cinéma. C’est ainsi qu’on le voit notamment dans « The Faculty » en 1998 ainsi que dans « Light It Up » et « She’s All That » en 1999. Conscient que son aventure cinématographique met la patience de ses fans à rude épreuve, il leur propose un album live en 1999.

Finalement, en 2001, il passe officiellement du statut de jeune vedette montante à celui de star de la R&B avec « 8701 », un album qui s’inscrit sous le signe de la maturité. En 2004, le jeune chanteur revient en force avec « Confessions ».

Posté par khaoula à 20:57 - Commentaires [2] - Permalien [#]

21 juin 2005

les photos de tupac

2ofamerikaz            2pac1          8_picture9      f11

tupac_smoke_341x342           tupac10      tupac_mic__1_

tupac

Posté par khaoula à 00:00 - Commentaires [32] - Permalien [#]

19 juin 2005

BOB MARLEY

Biographie

mr872

Robert Nesta Marley est né le 6 février 1945 à St-Ann, dans la paroisse de Nine Miles en Jamaïque. Fils d'un capitaine blanc de la marine qu'il ne connaîtra pas et d'une paysanne jamaïcaine noire, le jeune Nesta est un petit garçon solitaire qui semble perpétuellement rempli de tristesse.

Adolescent, il quitte la campagne et s'en va faire sa vie à Kingston, la capitale. Malheureusement, le travail y est rare et il doit vivre dans l'immonde ghetto de Trenchtown. Là, il sera témoin de ce que la misère humaine a de plus injuste et écoeurant. Il reste parfois des jours sans manger, trouve des jobs ça et là... On lui attribue la faculté de lire l'avenir dans  les lignes de la main (!).
Métisse, Bob se sent rejeté : trop blanc pour les noirs, trop noir pour les blancs, il se replie sur lui-même, sans les épaules d'un père sur lesquelles s'appuyer.
 
Il rencontre Bunny Livingston, puis Peter Mackintosh, deux autres jeunes qui partagent avec lui la rudesse de la vie à Trenchtown et une passion sans limite pour la musique. Peter joue un peu de guitare et les trois amis chantent les tubes de Rythm'n'Blues entendus sur les radios de Miami.

A 16 ans, Bob décroche un "contrat" pour enregistrer un 45-tours, Judge Not. Bide absolu ! Après deux autres essais guère plus réussis, il forme avec Peter, Bunny et quelques autres les Wailin' Wailers. Le groupe signe chez Studio One, le label de Clement "Coxsone" Dodd. Leur premier titre, Simmer Down, sera le tube de 1961 en Jamaïque.
Au fur et à mesure des années, ils vont enchaîner succès sur succès. Devenus les Wailers sous la forme du trio, Marley, Tosh et Livingstone travaillent avec Leslie Kong, puis avec Lee "Scratch" Perry. A chaque fois la collaboration est fructueuse sur le plan artistique mais pas sur le plan financier. Le show-business jamaïcain est particulier dans le sens où il n'y a pas de papiers signés, tout est verbal, et le concept de "droits d'auteur" n'existe pour ainsi dire pas.
De ce fait, les Wailers ne perçoivent que très peu d'argent sur les disques     tout en étant d'énormes vedettes locales. Pourtant, la compétition est rude ; pour beaucoup de jeunes du ghetto, la musique constitue un espoir de décrocher la timbale. A cette époque, la musique jamaïcaine s'appelle le Ska, mélange de Rythm'n'Blues et de Calypso. Suivra le Rock Steady, mêmes ingrédients en plus lent.
   
Les trois Wailers se rapprochent du mouvement Rasta, changent leur style pour un engagement plus social et spirituel. Le Reggae s'apprête à exploser en jamaique

En 1971, la chanson Trenchtown Rock cartonne dans toute l'île. Les Wailers sentent qu'ils peuvent faire plus si on leur en donne les moyens. Ils sont dorénavant managés par Danny Sims, le producteur de Johnny Nash, avec qui ils collaborent jusqu'en 1972. Le monde découvre d'un coup les Rastas, le Reggae et la Jamaïque grâce à The Harder They Come, le film de Perry Henzel, avec Jimmy Cliff dans le premier rôle.
 
Bob et les siens sentent que c'est maintenant où jamais... Grâce à Danny Sims, Marley a enregistré un 45-tours pour CBS (Reggae On Broadway), mais aucune promotion n'est accordée au disque qui passe inaperçu.
    Alors que les Wailers travaillent sur une musique de film pour Nash et Sims en Angleterre, ces derniers les lâchent et s'envolent aux USA pour la promo du disque de Nash. Seuls, déprimés et sans le sou, les Wailers sont au point de rupture, lorsque Bob décide de tenter le tout pour le tout et demande un rendez-vous avec le patron d'une jeune maison de disque au nom évocateur, Island.
   Chris Blackwell reçoit les trois Jamaïcains dans son bureau. Ayant grandi sur l'île, Blackwell connaît déjà bien la carrière des Wailers. Il ne lui faudra pas longtemps pour leur proposer un contrat et une avance. Le reste, comme on dit, appartient à l'histoire...

    D'albums en interviews, de concerts en coup d'éclats, Bob Marley devient avec le temps l'ambassadeur du Reggae à travers le monde. Plus qu'un artiste de grand talent, il est pour beaucoup un guide, une autorité morale. Il n'avait pas de père, il s'en est choisi un : Haïlé Sélassié Ier, Roi des Rois, Seigneur des Seigneurs, empereur d'Ethiopie. Ni plus ni moins que le Très-Haut JAH. Qui dit mieux ?
    Mais tout le monde ne voit pas ça d'un très bon oeil ; la CIA surveille Marley, les politiques jamaïcains se battent pour l'avoir de son côté... Preuve qu'il avait déjà dépassé le simple cadre artistique en 1976, il frôle la mort lors d'un attentat perpétré par... ? Tout a été dit à ce sujet. La version officielle incrimine le JLP, le parti de droite jamaïcain qui voulait dissuader Marley d’apporter un éventuel soutien au parti rival, le PNP. Des versions officieuses laissent sous-entendre que la personne visée n'était pas Bob mais Alan "Skill" Cole, un de ses amis. D'autres affirmèrent encore que la cible de l'attentat était Don Taylor, le manager des Wailers, qui se révéla effectivement être un magouilleur de première, traînant en permanence de grosses dettes de jeu...
    Il est des choses qui ne sont pas souvent dites lorsqu'on évoque la carrière du Rasta : si lui-même était un homme de bien, il n'en était pas de même de son entourage. Marley traînait dans son sillage de superstar une foule d'importuns, anciennes connaissances du ghetto, prêts à lui lécher les bottes pour obtenir quelques sous ou un traitement de faveur. Parmi eux, il y avait même de sérieux caïds, des chefs de gangs ou des gunmen (homme de mains). Lorsqu'on l'interrogeait à ce sujet, Bob répondait qu'il travaillait à la réhabilitation de ces voyous.

Un autre fait concernant le chanteur défraya la chronique : son rapport avec les femmes. Il avait épousé Rita  Anderson en 1966, bien qu'il le nia à plusieurs reprises par la suite et il est de notoriété publique qu'il eut des dizaines d'autres conquêtes, dont certaines lui donnèrent des enfants. La plus connue d'entre elles est Cindy Breakspear, une beauté jamaïcaine élue Miss Monde en 1977. Imaginez le bonheur des journaux à scandales.
    Même s'il gagna le respect du plus grand nombre, Bob eut beaucoup de détracteurs. Tout le monde n'était pas client de la philosophie Rasta qu'il s'évertuait à propager ; pour beaucoup, ce n'était qu'un tissu de délires sans fondement, délivrés par une population de drogués marginaux à la coiffure hirsute.

    Et en matière de délires paranoïaques, la mort de Bob Marley le 11 mai 1981 à Miami suscita les rumeurs les plus folles : on dit que la CIA avait tenté de l'écarter de la scène internationale en bombardant les chambres d'hôtel où il résidait avec des rayons cancérigènes (si c'est ça, bien joué!)

On dit aussi que le cancer s'était développé à cause d'un fragment de balle
qui était resté logé dans son bras après l'attentat. Bob lui-même confia à des proches à plusieurs reprises qu'il avait l'impression qu'on cherchait à l'empoisonner...
    
Il n'en reste pas moins que Bob Marley fut un artiste exceptionnel, auteur-compositeur de génie, visionnaire (il avait prédit avant tout le monde l'indépendance du Zimbabwe), d'une grande générosité matérielle comme spirituelle et dont l'œuvre continue d'alimenter toutes les luttes pour un meilleur monde.
    Pas mal de Rastas conclurent que Bob Marley était l'élément final d'une trinité qui compte Marcus Garvey, le prophète et Haïlé Sélassié, la divinité. Quelques temps avant sa mort, Bob avait été baptisé par l'Eglise éthiopienne orthodoxe, qui lui avait attribué le nom de Berhane Sélassié : Lumière de la Trinité.


                                       dennis_morris_bob_marley_spliff                                           

Posté par khaoula à 23:00 - Commentaires [21] - Permalien [#]

17 juin 2005

biographie et photos de 50 cent

50_cent1177wp5_8003

50 cent

Né Curtis Jackson et élevé dans le quartier Queens de New York, 50 Cent n’a pas eu une enfance facile puisque sa mère est décédée alors qu’il n’avait que huit ans. À l’aube de l’adolescence, il commence à vendre du crack et effectue des visites fréquentes en prison. Au milieu des années 90, il décide de se distancer du crime pour se consacrer au rap. Sa chance tourne en 1996alors qu’il fait la connaissance de Jam Master Jay, le DJ de Run-D.M.C. qui lui donne une cassette sur laquelle il doit improviser. Impressionné, Jay lui offre un contrat de disques. Les résultats se font attendre. Entre temps, il rencontre les producteurs Trackmasters qui lui permettent d’amorcer le travail sur un premier album, « Power of the dollar ». Trois simples précèdent la sortie du disque dont « How to rob » dans lequel il décrit comment il s’y prendrait pour voler certains rappeurs connus.

                                                                                                                  50_cent_v2

L’album attire l’attention par son approche directe. Lors du lancement du simple « How to rob », 50 Cent passe à deux doigts de la mort alors qu’il est poignardé à cinq reprises dans les rues de Manhattan. Peu de temps après, le 24 mai 2000, on tente une seconde fois de l’abattre dans Queens tirant à neuf reprises avec une arme de calibre 9mm. Une balle perce sa joue, une autre sa main et les sept autres se logent dans sa cuisse et sa jambe. L’incident est suffisant pousser Columbia à ne pas lancer l’album, jugeant le rappeur trop controversé.

50_20cent3

Au cours des deux années qui suivent, 50 Cent retourne à ses racines dans l’underground new-yorkais formant notamment un collectif, le G Unit. Il en profite pour faire de nouveaux enregistrements qui lui valent une solide réputation dans les rues de New York. Ces enregistrements lui permettent d’attirer l’attention de l’industrie à nouveau, d’autant plus que Eminem n’hésite pas à avouer, lors d’une entrevue à la radio, qu’il a énormément d’admiration pour 50 Cent. Il n’en faut pas plus pour que les grandes étiquettes se lancent dans une guerre pour mettre le rappeur sous contrat.

                                                                                                                50cent_1851

Malgré tout, c’est Eminem qui a le dernier mot et qui signe 50 Cent en compagnie de son complice de toujours, Dr. Dre. Au cours des mois qui suivent, 50 Cent prépare « Get rich or die trying ». Le rappeur se retrouve aussi sur la bande originale du film « 8 Mile » et l’engouement est certain. 50 Cent défraie également la manchette lorsqu’il est arrêté en possession d’une arme le soir du Jour de l’an 2002. L’album est finalement lancé le 6 février 2003 et s’écoule à 872 000 exemplaires en seulement cinq jours.

50_cent_1_big2                                                                                          19_359656929_eminem_a__h145221_l1

Posté par khaoula à 15:14 - Commentaires [86] - Permalien [#]

15 juin 2005

lorie

  • Son enfance

C'est le 2 mai 1982, à Plessis-Bouchard, dans le Val d'Oise, que Laure Pester (future Lorie), vit le jour (à 4h30 du matin, précisément...). Fille unique, elle passait la plupart de son temps avec son cousin Jean-Roland, dit JR, et sa voisine Héloïse. Ils se retrouvaient chez leur grands parents, dans le grenier, où leur grand-mère leur racontait des histoires et les amusait... Le trio, surnommé les trois mousquetaires, fut un peu séparé lorsque Lorie partit en section sport-étude, mais surtout lors du départ de JR pour la Savoie, qui la mit dans tout ses états. Lorie connaissait également Élodie, la fille des amis de ses parents, avec qui elle organisait des mini-spectacles qu'elles jouaient ensuite devant leurs parents

  • 1_1an31                            1_3ans11                                   1_5ans1

  • Sa famille

Lorie vit seule avec ses parents, Dominique (régisseur à RTL) et Martine (chef comptable) dans un pavillon en banlieue parisienne. Elle s'est toujours très bien entendu avec ses parents, à part un peu à l'adolescence, bien qu'elle n'en garde aucun souvenir !

<parents

  • Le patinage

A six ans, Lorie découvre patinage grâce à Héloïse, et depuis, c'est devenu sa passion : elle passait ses mercredis et samedis au club de patinage. Ses profs ont commencé à trouver qu'elle avait du talent, et au collège elle entra en section sports-étude. Avec un excellent niveau (Patin d'argent), Lorie avait trouvé sa vocation, et allait passer les sélections pour le championnat de France qui devait avoir lieu en février 1996. Malheureusement, cinq mois avant, en octobre, elle fit une chute qui lui valu une fracture du ménisque (un cartilage du genou) et une opération. Dès qu'elle fut remise de son opération, Lorie s'entraîna au maximum ; elle n'aurait pas dû, car elle ne fit qu'empirer la situation. En effet, le ménisque se cassa encore, mais il était trop tard ! Résultat, elle assista aux championnats depuis les gradins, mais cela lui servit de leçon pour la vie ! Et même si elle se consacre totalement à sa carrière de chanteuse, elle garde un excellent souvenir des galas, du patinage... Il faut dire que Lorie avait remporté une douzaine de médailles !
Récemment, Lorie a participé à Holiday on Ice... où elle a mis une sacrée ambiance en chutant sur la glace : on ne parlait que de ca

                           1_10ans1                              1_12ans1                     1_8ans3

  • Ses débuts

Bien décidée à faire carrière dans la chanson, Lorie quitta sa section sports-étude pour retourner au lycée et passer son bac. Deux fois par semaine, elle se rendait à une audition en espérant être choisie. Puis elle participa à un spectacle intitulé Babyboom dance, au Zénith. Avec son père, ils rappelèrent les producteurs, mais sans succès.

babyboumlorie
single1

De son coté, Johnny Williams, un producteur qui n'avait pas entendu parler de Lorie, était à la recherche d'une "Britney Spears à la française". Mais aucune des postulantes ne lui plaisait.

Par l'intermédiaire du travail de son père, Lorie a donc rencontré Johnny Williams a son studio, en septembre 2000. Aussitôt, elle lui a plu, et son disque (Près de moi) fut envoyé dans diverses maisons de disques, qui restèrent indécises. Il décida donc de mettre l'extrait sur Internet (peoplesound.fr)et... surprise, la chanson avait été téléchargée 15 000 fois ! Le directeur du site en parla à Sony, une grande maison de disque, et le 29 novembre 2000 Lorie signait pour son premier single Près de moi ! Sa sortie était prévue pour fin avril, mais à cause d'un retard dans la fabrication, c'est finalement le 2 mai 2001, jour de son anniversaire, qu'il arriva dans les bacs
Entre temps, Lorie a bien sûr tourné le clip de son single, à Miami Beach (NDLR : aux États-Unis...) où elle a rencontré sa chorégraphe américaine. Le clip a été tourné en 2 jours, ce qui lui laissait le temps de faire du jet-ski et de signer ses premiers autographes !
Juillet 2001, le single commence à être diffusé sur les grandes radios. Lorie commence la tournée des plateaux de télé pour la promo de son 1er single, "Près de moi". En octobre 2001, il sera bientôt suivi de son premier album, "Près de toi". Un second single sort, avec un nouveau clip : "Je serai (ta meilleure amie)".
Le 19 mars 2002, sortie du nouveau single "Toute seule", avec en édition limitée la version anglaise de son tube “Près De Moi”. En avril 2002, Lorie participe à la bande originale du film d'animation "Cendrillon 2" (Studios Disney). En mai 2002, pour son 20ème anniversaire, Lorie sort un second DVD, "Près de vous". Il contient une longue interview, ainsi que tous ses clips du 1er album (3 clips : "près de moi", "je serai" et "toute seule"). En septembre 2002, elle publie une première autobiographie, "Mes secrets" qui remporte rapidement un succès auprès de tous ses jeunes fans.
En octobre 2002, Lorie publie un nouveau single, "J'ai besoin d'amour", extrait de son nouvel album "Tendrement". Il contient 11 chansons, dont "A 20 ans", "J'ai besoin d'amour" et "Je t'aime maman" qu'elle a elle-même co-écrit. Lorie est en concert au Zénith de Paris les 18, 19 et 20 octobre 2002 : au programme ses deux premiers albums, soient déjà 20 titres ! Le 13 janvier 2003, elle sort un second single, "A 20 ans", extrait de son second album. Le 19 mai 2003, elle sort un nouveau single, inédit : "Sur un air latino" accompagné d'un superbe clip tourné sous les palmiers. L'été n'est pas loin et Lorie a mûri. Le 19 janvier 2004, le troisième album "Attitudes" est disponible. Le succès continue avec sa nouvelle tournée "Week-end Tour", titre du premier extrait de cet album.
Côté amour, Lorie a nié puis reconnu son amour avec Billy Crawford. Puis pendant un an, on les a vu de partout ensemble mais maintenant, c'est fini. Lorie serait à nouveau un coeur à prendre !
Lorie séduit par son naturel et sa générosité, et impose le respect par son charisme et sa tenacité. Partout où elle passe, les gens sont conquis par son charme et sa bonne humeur. Elle chante avec les enfoirés, participe au Téléthon, est l'invité d'honneur du Noël de l'Elysée ou est une des stars les plus demandées dans les émissions comme "Star à Domicile".
Enfin, le 4 octobre 2004, c'est la sortie du DVD "Week-end Tour 2004".

  • Pourquoi "Lorie" ???

C'est Mialy, sa meilleure amie, qui a inventé ce surnom car l'assistante anglaise de sa prof l'appelait "Lorie", et toutes les deux s'amusaient à l'imiter : le surnom Lorie est resté ! Par ailleurs, elle ne tenait pas à garder son nom de famille, car elle voulait  différencier au maximum sa vie privée de sa carrière.

Posté par khaoula à 23:48 - Commentaires [6] - Permalien [#]

14 juin 2005

biographie et photos de jennifer lopez

                                                              0_picture1

Jennifer Lopez est née le 24 Juillet 1970, à New York, dans le quartier du Bronx. Son père, David Lopez, est informaticien et sa mère, Guadalupe, puéricultrice. Jennifer a 2 soeurs : Maria et Leslie. 

                                                                                                                1_picture51

Dès son plus jeune âge, elle sait ce qu'elle veut faire : Du Cinéma ; sa soeur Maria fut actrice mais sa carrière s'arrêta brusquement après son apparition dans le film "The Rosary Murders" en 1987. Après des débuts dans un théâtre musical, Jennifer obtient un premier succès à 16 ans en décrochant un rôle dans le film "My Little Girl".




Mais son premier grand succès survient quelques années plus tard lorsqu'elle remporte un concours de dance et décroche un rôle dans la série télévisée de la Fox : "In Living Color".

                                    2_picture1

Jennifer Lopez se sert de l'expérience acquise en tant qu'actrice dans les séries de la Fox comme d'un tremplin : elle interprète le rôle de Melinda Lopez dans la série TV "Second Chances" en 1993 et dans "Hotel Malibu" en 1994.

En 1995, elle obtient son premier grand rôle au cinéma au côté de Wesley Snipes et Woody Harrelson dans "Money Train". Par la suite, elle travaille avec des acteurs ayant déjà une solide réputation tels que Robin Williams ou encore Jack Nicholson et en février 1997  elle incarne la fiancée de ce dernier dans "Blood and Wine".

Au côté d'Eric Stolz, elle tourne "Anaconda" en Avril 1997, un thriller qui connaît un succès assez important.
                                                                                                        5_picture3

La rencontre avec le réalisateur Gregory Nava est décisive dans la carrière de Jennifer Lopez. Dans "My Familia", il met à jour les talents d'actrice de Jennifer  qui décroche au cours d'un casting mondial le rôle de Selena Quintanilla dans le film autobiographique "Selena" (1997).

L'obtention de ce rôle dans Selena Quintanilla produit de multiples effets dans la vie de Jennifer.

                         images3Sur le plan professionnel, cette expérience suscite en elle un intérêt pour la musique, la conduisant ainsi à signer un contrat de musique. Elle travaille au côté des plus grands : Gloria Estefan, Jean Wyclef... et bientôt le monde musical la considère comme la nouvelle Gloria Estefan. Son premier CD "On The 6", un album pop mêlé à des chansons latines, sort en Juin 1999 : c'est en succès. Et son deuxième album "J.Lo" (2001) suit la même route.

                                                                                                        jennifer_20lopez_206

Sur le plan personnel, elle épouse Ojani Noa le 22 Février 1997. Mais, le mariage dure moins d'un an. A présent, puis a été le fiancée du rapeur puff Daddy . Maintenant elle devrait se marrier avec Chris Judd.

Jennifer Lopez reçoit le plus gros cachet de l'histoire pour une actrice latine grâce à son rôle dans "Out Of Sight" en 1998

Avec ses talents de chanteuse, danseuse et actrice combinée à son caractère et son apparence physique, Jennifer Lopez peut envisager le futur sereinement.

                                      7_picture2      

Posté par khaoula à 22:20 - Commentaires [6] - Permalien [#]

LES MEILLEUR PHOTOS DE TUPAC SHAKUR

8_picture4          2pac2          8_picture8           a014

92691_5rj5lolvtr4dmy1a8iki6vxy3bfiu7_tupac__tupac_shakur__h105047_l                 10005928                f              f13

Posté par khaoula à 17:53 - Commentaires [73] - Permalien [#]

le fameux chanteur EMINEM!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

19_359656929_eminem_a__h145221_l

Découvert en 1999 par Dr Dre, le rappeur Eminem continue de déchaîner les foules avec ses paroles tant controversées. Son premier grand rôle au cinéma lui a permis de conforter son statut de star internationale, au détriment de ses nombreux détracteurs.

Marshall Bruce Mathers III, plus connu sous le nom de Eminem, est né à Kansas City. Elevé seul par sa mère, il grandit à Detroit, baignant dans l’univers du hip-hop. A 12 ans, le jeune Eminem écrit ses propres chansons et se fait remarquer par des producteurs du quartier.

Eminem démarre sa carrière au sein de plusieurs groupes de rap. Sans succès. Il enregistre un album solo en 1996, « Infinite » et tente sa chance un an plus tard aux Olympics Rap de Los Angeles. Grâce à son album démo, il gagne la deuxième place.

En 1998, « Slim Shady EP » sort dans les bacs et c’est avec « The Slim Shady LP » qu’il se fait connaître auprès du grand public. Le monde découvre le refrain entêtant de « My Name Is », interprété par le rappeur.

Un an plus tard, Dr Dre entre en contact avec Eminem. Le producteur le signe sur son label Dre Aftermath. L’album « The Marshall Mathers LP » rencontre un énorme succès. Son duo avec la chanteuse anglaise Dido, « Stan », le propulse au sommet des hits.

Eminem continue de faire son show, épaulé par son mentor Dr Dre. En 2002, l’incontournable titre « Without Me » s’empare de la planète et l’album « The Eminem Show » figure parmi les meilleures ventes.

Après avoir marqué ses repères dans le monde musical, le rappeur se lance dans le cinéma. Il incarne le personnage principal du film « 8 Mile », inspiré de son enfance difficile. Il signe la bande originale, dans laquelle figure le titre « Lose Yourself ».

                                                                                                                   eminem04

POUR LUI ECRIRE :

Adresse :
Eminem
C/o Interscope Records
2220 Colorado Avenue
Santa Monica CA 90404
USA

Posté par khaoula à 17:44 - Commentaires [87] - Permalien [#]

Beyonce vient de virer son manager qui n est autre que son pere

2Ce qui devait arriver arriva... Beyoncé vient de virer son manager qui n'est autre que son père !

Papa Knowles gérait depuis plusieurs années la carrière de sa fille et ses copines les Destiny's Child, mais l'homme ne faisait plus l'unanimité dans l'entourage de la star.

Une série de prises de bec plus tard, la chanteuse a fait comprendre à son "Daddy" (à qui elle a dédié une chanson dans son dernier album) qu'il n'était plus question qu'il s'occupe de ses affaires :

"C'est après avoir eu une conversation avec une de ses danseuses que Beyoncé a compris qu'il était temps pour elle de prendre un nouveau départ", affirme un de ses proches.

Ce qui devrait aussi faire plaisir à Jay-Z, le fiancé de Beyoncé, qui n'a jamais été dans ses petits papiers ! (JG)


                                                                                                                    01_beyonce

Posté par khaoula à 16:12 - Commentaires [9] - Permalien [#]